Séance 8 “Justice Restaurative” Alain Ghiloni

La 8e séance du séminaire a été l’occasion de recevoir quatre invités pour discuter des évolutions concernant les mesures de justice restaurative en France.

Alain Ghiloni a ainsi accepté de nous faire part de son engagement dans un programme de justice restaurative entre 2015 et 2016, aux côtés de Robert Cario, également l’invité de cette séance.

Alain Ghiloni

« Quand on parle de justice restaurative, on se demande : « Dans quoi est-ce que je m’engage ? Qu’est-ce que je vais trouver dans ce nouveau concept ? »

Mon fils a été assassiné en novembre 1995. La justice restaurative est venue à partir de 2010. J’y ai participé en 2014. J’avais été contacté pour la première rencontre de 2010 mais je ne m’étais pas senti près, parce que je n’avais pas les garanties par rapport à ce qu’on pouvait exprimer au moment.

Se retrouver dans une centrale pénitentiaire avec des meurtriers, ce n’est pas évident. Mais on n’était pas seul. On était trois victimes et trois meurtriers, deux personnes de la société civile et deux animateurs psychologues de l’Inavem[1]. [Les détenus étaient condamnés pour des crimes sans rapport avec ceux qui affectaient les victimes présentes.] Robert Cario faisait partie de ce groupe d’animation. On a des craintes par rapports à où on va s’engager et de rentrer dans une centrale pénitentiaire par rapport au vécu qu’on peut avoir.

A partir de là, il faut avoir du recul et avoir envie de se retrouver dans des situations comme ça en face de détenus. Aussi une curiosité de pouvoir voir comment ils vivent au quotidien et ce qu’ils vous racontent. L’autre leitmotiv qui m’a entrainé dans cette organisation c’était aussi, lorsque vous êtes victime d’un meurtre comme nous on l’a été, il y a le meurtre, la reconstitution, le procès et il y a énormément de choses qui se passent. Et nous, on les subit. Nous, les victimes, on dit toujours qu’on a la perpet’. On ne retrouvera jamais notre situation d’avant. Contrairement aux détenus, qui, après un certain nombre d’années oublient ce qu’ils ont fait. Au bout d’un moment, ils n’ont qu’une idée : pouvoir sortir. Pouvoir retrouver la liberté, se reconstruire, ou en tout cas vivre autrement qu’enfermé dans une prison. C’est tout ça, qui m’a intéressé dans l’engagement que j’ai pris en répondant à la sollicitation de l’Inavem et des collègues que je connaissais qui avaient participé à la première séquence.

(…)

Meoïn Hagège : « Comment est-ce que se passe une séance de justice restaurative ? »

Alain Ghiloni

« On se retrouvait le lundi à la centrale pénitentiaire de Poissy. Les deux personnes victimes qui étaient avec moi arrivaient fin de matinée et on faisait un briefing et on mangeait ensemble avant d’aller à la centrale. Les personnes de l’Inavem étaient là aussi. Avec elle, il y a un souci de proximité d’encadrement. Ils nous disaient toujours que si on voulait arrêter on pouvait, même au milieu d’une séance. Moi, je pars du principe que quand on s’engage dans quelque chose, on va jusqu’au bout et on ne se défile pas.

Après, c’est quand même un contexte particulier. Entrer en centrale et se retrouver dans un endroit fermé avec des portes en fer partout, comme tous ceux qui visitent, vous êtes sous les portiques, vous enlevez vos ceinturons, vos montres, vous laissez les portables. Si le moindre truc reste, ça sonne. Il y a toute cette procédure-là qui vous met dans une condition ou un état d’esprit. C’est prenant.

Quand on arrive dans la salle où on se retrouvait ces lundis-là. C’était la salle où ils recevaient les familles et on était dans la partie où les enfants des détenus et leur compagne venaient. C’est un petit endroit de détente.

On était là autour d’une table ronde, les dix : trois détenus meurtriers, trois victimes, deux personnes de la société civile et deux personnes de l’Inavem. Il y a une petite introduction de départ par rapport à ce qu’on pouvait dire, ce qu’on pouvait faire, pour rappeler le cadre.

Le cadre était aussi qu’on choisissait soit une pierre soit une plume et c’était la personne qui l’avait en main qui avait la parole. C’était important dans l’état d’esprit, où on n’interrompait pas, on ne prenait pas la parole comme ça. Sans qu’il y ait une règle. La plume ou la pierre restait des fois un petit temps avant qu’il y a des échanges et qu’une autre personne prenne la parole. Il pouvait y avoir des temps morts qui étaient nécessaires par rapport aux échanges qu’il y a avait eu.

Nous, les trois victimes, ce qu’on voulait, c’était connaitre comment les détenus vivaient en prison mais aussi comment ils avaient vécu l’après-procès. Pour nous, une fois le procès passé, une page est tournée et il n’y a plus rien. Vous n’avez plus d’occasion de vous exprimer sur quoi que ce soit qui s’est passé avant. Sur une des séances, je suis intervenu longuement pour leur expliquer comment les victimes avaient vécu, de A à Z : à partir du coup de téléphone que vous recevez un soir parce que votre fils a pris une balle dans la tête sur un trottoir à Reims, jusqu’au moment où vous arrivez au commissariat, au moment où vous arrivez au CHU, que vous attendez un bon moment, on attend plusieurs heures avant d’avoir un professeur qui vient vous dire où ça en est. Ça, les détenus ou le meurtrier de notre fils ne l’avait jamais entendu vraiment.

On a pu dire à ces personnes notre parcours à nous, le parcours d’une victime du début au moment présent. Il y a des situations nombreuses et complexes après le meurtre qui font que ça ne s’arrête jamais. Par exemple, au moment de la constitution, j’ai été braqué par le meurtrier, il a eu un geste avec les doigts en me visant, je n’ai pas compris. Un autre exemple, le procès, on l’attend mais on n’est jamais prêt à ça. On attend le moment mais on l’appréhende parce qu’on n’a pas envie de se retrouver en face de celui qui vous a cassé votre vie.

Quand les séances étaient démarrées, quand on prenait la parole, c’était ou pour expliquer ou pour réagir aux propos des détenus. A un moment, un d’eux nous dit « c’est moi la victime ! » On l’a tous regardé. « Faut pas renverser les rôles. C’est nous les victimes. Vous, vous avez eu le choix, nous, on l’a pas eu, le choix. » Ça a été très fort ce moment-là. Il y a eu des réactions physiques aussi, qui nous ont déroutées. Celui-là, après tout ce qu’on lui a dit, on pensait qu’il ne reviendrait pas à la séance suivante. En fait, il est revenu en courant. C’est qu’il avait aussi réfléchi à ce qu’il avait dit et à ce qu’on avait pu lui faire passer comme message. Dans nos ressentiments par rapports aux propos qu’il avait tenus.

Je les entends encore aujourd’hui, avec le recul de deux ans. Il y a des mots que j’entends encore. Quand j’y pense, c’est encore très fort. On le vit, on le revit. Et ce qu’on a essayé de faire passer comme message aux détenus meurtriers c’est que nous, notre engagement envers eux, c’était de pouvoir dire : « Ne recommencez pas. » Si demain, après-demain, on apprenait que l’un ou l’autre a recommencé dans leur geste extrême, on aurait loupé quelque part notre mission, ou en tout cas, notre engagement envers la justice restaurative, telle qu’elle est développées aujourd’hui.

Nous, en tant que victime on a toujours la crainte d’un deuxième procès. Un des trois avait fait appel et il y a avait eu un deuxième procès. Je l’avais interpelé tout de suite et je lui avais dit : « C’est inhumain ce que tu fais. » Même si au début on se disait vous, après, il y a non pas une complicité mais, dans les échanges, le courant passait bien. Il y avait une certaine confiance entre eux et nous. Même s’il y avait toujours l’obstacle de se dire qu’ils avaient tué, que ce n’est pas n’importe qui.

Quand on en a su un peu plus sur qui ils sont, sur leurs parcours, on s’est rendu compte qu’on avait vraiment des cas difficiles devant nous, des cas compliqués. Tuer est l’acte le plus terrible qu’un être humain peut faire envers un autre. [Alain Ghiloni raconte les circonstances du meurtre de son fils par un homme dans une rue de Reims en novembre 1995.]

La différence avec le meurtrier de notre fils, c’est que ces jeunes n’avaient pas la mesure des effets et des conséquences des dégradations qu’ils créent. On a essayé de connaître leur parcours, pour qu’ils nous racontent leur histoire, comme on avait pu le faire. Avec moi, j’avais deux femmes. Elles étaient victimes aussi mais dans des contextes différents : une, avait subi un viol et l’autre, de la violence, qui avait nécessité de longs mois d’hôpital. Elle avait failli rester handicapée. Elle nous avait dit qu’elle ne pouvait pas sentir quelqu’un derrière elle, tellement l’image de ce qui lui était arrivé lui restait en mémoire. Elle avait été poussée violemment dans les escaliers. Tout de suite elle se sentait en danger.

Nous trois, on était unis et presqu’un commando envers les détenus, de façon à les pousser dans leur retranchement, pour les pousser à dire qu’ils regrettaient. Et que le moment où ils sortiraient ils ne recommenceraient pas. Même si on n’en est jamais certain, c’est notre objectif principal avec eux : qu’ils nous entendent et qu’ils s’engagent.

Ce qu’on a compris aussi c’est qu’eux, en centrale, ils parlaient entre eux. Sur la première séance en 2010, ils nous disaient qu’ils avaient des craintes d’être étiquetés et de subir des pressions. Aujourd’hui, ça a évolué et il y a plus de détenus volontaires pour participer aux rencontres que de victimes.

La première rencontre a eu lieu en 2010, la seconde en 2014 et la prochaine, est prévue pour l’automne 2016. La longe durée entre ces rencontres montre la difficulté à mettre en place ces rencontres, à tous niveaux. Certainement à cause du fait que pour les victimes, il faut quand même un recul important pour pouvoir s’engager.

Pour s’engager, ce n’est pas si évident que ça, même pour moi qui suis membre de la FPASVV[2]. Peut-être qu’il faut être plus pertinent ou insistant pour que d’autres s’engagent mais c’est à nous aussi de faire passer ce message là et d’en motiver quelques-uns et quelques-unes.

C’est quand même quelque chose de très fort. On sait à quoi on s’engage mais on n’en mesure pas ce qui va en sortir totalement. Quand on sortait de ces séances, le soir, on n’avait plus envie de parler. J’habite à deux heures et demie de Poissy, il y a eu des blancs pendant plusieurs heures dans la voiture sur le chemin du retour. Parce que ça avait été tellement fort en échanges et en parole qu’il y avait besoin de faire un vide total et de reprendre ses esprits pour revenir à la vie normale. Il y a eu un nombre de moment forts, excessivement forts, troublants.

[1] L’Institut national d’aide aux victimes et de médiation (INAVEM), créé en 1986, est la Fédération nationale des associations d’aide aux victimes.

[2] F.P.A.S.V.V. fédération pour l’aide et le soutien aux victimes de la violence, créée en 1998 par le D. Michel Bourgat à la suite de l’assassinat de son fils.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *