Category Archives: Séance 1

Séance d’introduction du séminaire – 9 novembre 2015

Introduction

Modérateurs : Marc Bessin & Arnaud Gaillard

Invités : Jeanne Sulzer & Laurent Bonelli

La première séance du séminaire “Sciences sociales et prison” a eu lieu le 9 novembre 2015. Nous avons introduit le séminaire par un point sur la genèse et les intentions de nos rencontres pour 2015-6.

L’introduction par Marc Bessin et Cécile Marcel a rappelé la genèse et les ambitions de ce séminaire de recherche, organisé conjointement par l’Iris et l’OIP Section française : faire vivre un espace d’échanges et de réflexion entre militants, professionnels et chercheurs. L’objet du séminaire est un échange entre universitaires et militants, autour des enjeux de la recherche sur la prison au sens large. Notre posture se refuse ainsi à s’inscrire dans une forme de commentaire « du haut vers le bas », qui prendrait « de haut » les acteurs ou les situations « de terrain » : nous sommes plutôt résolu.es à échanger, dans un espace de réflexion organisé et mené ensemble.

Le séminaire œuvrera cette année à poursuivre une réflexion sur les enjeux que posent les notions de dépénalisation, de, dé-judiciarisation et de désincarcération, dans le tournant sécuritaire que connait la France depuis quelques années. Les huit séances de l’année 2015-2016 seront l’occasion d’écouter et de débattre avec des invités ensemble, lors du séminaire (17h-20h) puis lors d’un pot (20h-21h.)

Dans cet esprit, nous avons ensuite eu le plaisir d’écouter Jeanne Sulzer et Laurent Bonelli, qui nous ont présenté leurs réflexions sur les effets du climat sécuritaire que nous vivons sur les transformations du droit, et de la pratique du droit dans un premier temps, puis sur la construction sociale du problème de la insécurité en France, dans un second temps.

Jeanne Sulzer est avocate et responsable juridique à Amnesty International.  Elle nous a proposé un commentaire sur la menace que pose la tendance actuelle vers la criminalisation de la prévention des actes en France. Partant du constat que la menace de terrorisme sert de justification pour un grand nombre de lois ayant pour conséquences la répression, elle déplore le recours croissant à la procédure accélérée pour les textes de lois concernant la lutte antiterroriste. Cette procédure laisse peu de place au débat, comme on l’a vu pour le projet de loi sur le renseignement. Ces tendances ont pour effet de menacer les libertés d’expression et d’aller et venir, en criminalisant la prévention des actes plutôt que la commission de ces actes.

Laurent Bonelli est sociologue et maitre de conférences en sciences politiques à l’Université Paris 10. Sa communication s’est intitulée : « La sécurité comme première des libertés ? Réflexions sur un renversement conservateur. » Si la sécurité est aujourd’hui une priorité politique affichée et investie, elle s’ancre dans une reformulation du débat politique sur la sécurité. Depuis ce retournement de la fin des années 1970, la sécurité sert de prisme d’analyse de certains milieux populaires urbains. L. Bonelli nous propose plusieurs raisons pour expliquer comment la sécurité a été saisie par le et les politiques. D’abord la transformation morphologique des classes populaires de la deuxième moitié du XXe siècle pose les bases de l’échec des formes antérieures de discipline des jeunes et des désordres juvéniles rendus visibles dans les années 1980. Ce sont ces désordres juvéniles qui sont saisis par les élus locaux puis portés par les partis politiques dans les années 1990, préoccupés alors par la désaffection des milieux populaires pour les élections et la montée du vote pour le Front National. Investie par les partis dans des discours généralistes, la question sécuritaire se détache de ses conditions de production, locales, et devient un bien symbolique sur lequel on peut faire de la politique. Elle s’autonomise, « devient quelque chose en soi et pour soi », et l’objet de nombreux discours à l’Assemblée nationale. Elle devient aussi un bien et un enjeu médiatique, saisis par un grand nombre de journalistes reconnus. C’est ainsi que la sécurité s’est imposée comme une grille de lecture permanente, sur un certain nombre d’enjeux en France. L. Bonelli conclut ainsi : « Dès lors qu’il y a une structure menaçante du monde, le glissement sur le discours guerrier est plus facile », légitimant la tendance vers la suspension des libertés individuelles.

Les enregistrements audio des interventions de J. Sulzer et L. Bonelli sont disponibles sur demande et avec leur accord.

Séance d’introduction – quelques références

Publication en ligne de Jeanne Sulzer

Publications sélectionnées de Laurent Bonelli