Category Archives: Séance 2

Séance 2 “La prison : foyer de radicalisation et espace de lutte contre la radicalisation ? Réalités et perspectives “

La deuxième séance du séminaire était intitulée « La prison : foyer de radicalisation et espace de lutte contre la radicalisation ? Réalités et perspectives » et introduite par Yasmine Bouagga puis Cécile Marcel.

Yasmine Bouagga : Elle se proposait de réfléchir à la radicalisation et aux approches politiques de la radicalisation, dans le cadre de la thématique annuelle du séminaire. Il a donc été question de réfléchir ensemble à la manière dont on approche la radicalisation et les différents dispositifs déployés actuellement. La notion de « radicalisation » s’est construite de différentes manières au cours des trente dernières années. Elle est née d’interrogations sur les trajectoires d’auteurs d’attentats islamistes, avec l’idée que la prison peut être un lieu de rencontre et un lieu d’aggravation des conduites violentes. Ces attentats ont donné lieu à la production de dispositifs de lutte contre ces violences, dont la majorité sont de l’ordre du sécuritaire.

Cécile Marcel : Avec des annonces souvent précipitées, faites sous la pression médiatique, en décalage avec la réalité du terrain et des travaux de la recherche. Ainsi, la création de cinq unités spéciales dédiées à la prise en charge des personnes dites radicalisées a été annoncée, dans la continuité du projet expérimental conduit à la maison d’arrêt de Fresnes depuis 2014, alors même que cette expérimentation a été pointée par l’Inspection des services pénitentiaires comme ne pouvant pas servir de modèle. Les attentats de novembre ont par ailleurs donné une nouvelle dynamique au projet de création de centres de radicalisation pour les personnes de retour de Syrie, l’ouverture de plusieurs centres ayant été annoncée pour 2016 avec une affectation sur la base du volontariat, de placement judiciaire ou d’une décision administrative… constituant un nouveau type de réponse, pas entièrement carcérale mais par l’enfermement.

Cette deuxième séance a été l’occasion d’écouter trois invité.e.s:

  • Claire de Galembert, sociologue (ISP-CNRS), co-auteure de « Des Hommes et des Dieux en prison » (2013),
  • Ouisa Kies, doctorante en sociologie (EHESS), chargée de mission de l’Association Dialogues Citoyens dans le cadre d’une recherche-action sur la prise en charge des détenus dits « radicalisés ».
  • Mourad Benchellali, ancien détenu à Guantanamo devenu formateur dans l’insertion

Claire de Galembert nous propose quelques réflexions sur la place de la religion en prison puis sur la politique de lutte contre la radicalisation.

L’un des résultats les plus remarquables de la recherche menée sur le fait religieux en prison, avec Céline Béraud et Corinne Rostaing, est le suivant : contrairement à ce qu’en laisse entendre le traitement médiatique de la religion en prison, la grande majorité des personnes détenues est en réalité indifférente ou hostile à la religion. Seule une minorité de détenus sont pratiquants. Des données chiffrées précises ne sont pas disponibles car la France ne produit pas de statistiques religieuses. Cependant, la recherche montre aussi que le rapport à la religion s’intensifie en prison. Comment cela se fait-il ? En quoi la religion peut-elle être vue comme une ressource pour faire face à l’épreuve de l’incarcération ?

La recherche propose quatre raisons, pour expliquer l’intensification du rapport à la religion en prison. (1) Il existe une offre institutionnalisée en milieu carcérale, qui montre que la religion ouvre des droits en prison : certains établissements ont des aumôniers, des temps dédiés, des lieux et des objets de culte ou des repas qui peuvent respecter certaines prescriptions alimentaires. (2) Cette offre institutionnalisée est importante car la prison est un monde de rareté des ressources. La recherche montre que moins les détenus ont accès aux activités, plus la pratique religieuse est importante. (3) S’il est impossible de dénombrer les filiations religieuses de la population carcérale, on sait que les personnes détenues sont tendanciellement plus proches de la religion. En effet, une part importante de la population carcérale est jeune, issue de l’immigration et de quartiers populaires ; des études ont montré que ces groupes, hors milieu carcéral, sont plus pratiquants de la moyenne nationale. (4) Enfin, il y a des rapports affinitaires entre la religion et la souffrance. Omniprésente en prison, la souffrance est une expérience que les traditions religieuses savent prendre en charge. Elles savent offrir des outils, un accompagnement et proposer un registre de sens, face à l’absurdité de l’enfermement. Pour certains, la religion fonctionne comme un ré-enchantement de la peine, vécue comme une expérience ou une épreuve, inscrite dans le plan ou la volonté divine.

La religion a plusieurs fonctions en prison. Sa pratique peut relever de l’usage du faible dans le sens de Michel de Certeau, ou des adaptations secondaires dans l’expérience totale de l’enfermement, dans le sens d’Erving Goffman. Elle peut aussi être un retour à la normalité relationnelle, si l’on considère que les moments de culte peuvent suspendre la suspicion et la violence habituelles des rapports en détention, en proposant un espace où l’échange, la sollicitude et l’attention sont possibles. Enfin, la pratique religieuse peut être source de protection pour les détenus et une ressource identitaire, qui facilitent l’ajustement nécessaire à l’épreuve carcérale.

Aujourd’hui, l’écart entre les offres pour la pratique des religions chrétiennes et musulmanes reste important. La réponse institutionnelle à la demande d’équipement est très récente, les premières directives datant de 2002. A l’inverse à celui tenu pour l’offre chrétienne, le discours institutionnel sur la justification de la création, ou du renforcement, de l’aumônerie musulmane tient de la réponse à un risque sécuritaire – celui du prosélytisme puis de la lutte contre la radicalisation. Ceci pose problème pour Claire de Galembert, pour qui l’application de la laïcité implique au contraire pour l’institution de prendre en charge une offre cultuelle car, en détention, les usagers ne sont pas libres de leurs mouvements.

Quelques références sur la recherche sur le fait religieux en prison.

Une synthèse de la recherche, soutenue par le Ministère de la Justice et menée par Claire de Galembert, Céline Béraud et Corinne Rostaing, est en ligne. La recherche a été présentée lors des Journées d’études internationales organisées par la Direction de l’administration pénitentiaire les 28 et 29 octobre 2013 à Sciences Po Paris ; les actes de ces journées sont en ligne. Un entretien avec les trois sociologues sur les enjeux de leur recherche est aussi en ligne.

Mourad Benchellali a ensuite partagé avec nous des éléments de réflexion, situés dans son expérience d’ancien détenu et témoin de la radicalisation en prison. Dans son « Voyage vers l’enfer » paru en 2006 aux Editions Robert Laffont, il raconte comment, en juin 2001, il se retrouve dans un camp d’entrainement en Afghanistan puis prisonnier des forces américaines. Détenu à la prison de Guantanamo avec d’autres détenus accusés de violences terroristes, Mourad Benchellali y est maltraité et torturé, sans possibilité de recours. Pendant ces deux ans et demi de détention, il fait l’apprentissage de la prière, de l’anglais et de l’arabe mais aussi de la souffrance et de l’absurdité de l’enfermement. De retour en France, il est incarcéré deux ans à Fleury Mérogis, où il développe une conviction, celle de la nécessité de témoigner, pour prévenir l’engagement d’autres jeunes français pour le jihad. Depuis sa libération, Mourad Benchellali témoigne dans divers arènes, en détention et en ville, pour lutter contre le discours jihadiste et contre le départ des jeunes.

Pour lui, la façon dont on représente aujourd’hui le rôle de la prison dans la radicalisation est largement disproportionnée. Certains se radicalisent mais la prison n’est pas l’antichambre du radicalisme. Etre considéré comme dangereux, enfermé avec, et assimilé à la petite minorité de détenus effectivement radicaux, participe à un sentiment d’injustice et d’impuissance. C’est ce sentiment qui nourrit la radicalisation. Et c’est le traitement différent et injuste des détenus musulmans qui est le véritable terreau de la radicalisation.

Enfin, Ouisa Kies nous a présenté un projet expérimental d’intervention de lutte contre la radicalisation de détenus identifiés comme musulmans. Depuis 2015, dans le cadre d’une recherche-action financée par le Ministère de la Justice, elle mène une intervention d’accompagnement et de suivi de détenu dits radicalisés. Elle leur propose des entretiens avec plusieurs professionnels du médico-social et des activités de groupe, dont l’objectif est de parvenir à un travail sur soi qui freinerait l’adhésion à l’islamisme. En parallèle, son équipe a proposé l’actualisation d’un outil d’évaluation et de détection de la radicalisation de personnes détenues, pour usages par les professionnels travaillant en milieu carcéral. La recherche action a fait l’objet d’un intérêt médiatique et militant certain, avec plusieurs articles publiés et en ligne.

Les enjeux religieux en prison font l’objet d’un dossier de la revue Dedans-dehors paru en juillet 2015, accessible en ligne, avec des contributions de : Claire de Galembert, Celine Béraud et Farhad Khosrokhavar, sociologues ; Jaune Sautière, ancienne responsable des questions de culte à la DAP, Bernard et Gabriel Mouesca, anciens détenus, Hassan al Alaoui Talibi, Philippe Chelly, Brice Deymié et Vincent Leclair, responsables des aumôneries nationales; Samia Ben Achouba, coordinatrice des aumôneries musulmanes de la région de Lille.

Les enregistrements audio des interventions de C. de Galembert, M. Benchellali et d’O. Kies sont disponibles sur demande, selon leur accord.