Les réformes de l’enfermement en actes

Parution la revue Déviance et Société, volume 39, numéro 4, intitulé “Les réformes de l’enfermement en actes
 

Il y a plus de quarante ans, les analyses de Michel Foucault (1975) nous invitaient à envisager les réformes de la prison comme un mode de reproduction du système carcéral lui-même. Alors qu’une réforme pénale vient d’entrer en vigueur (Loi n° 2014-896 du 15 août 2014 relative à l’individualisation des peines et renforçant l’efficacité des sanctions pénales) et qu’un nouveau projet de loi relatif au droit des étrangers et de l’asile est en cours d’élaboration, ne faut-il pas s’interroger à nouveau sur le sens des récurrentes visées réformatrices des espaces d’enfermement, qui, si l’on en croit le philosophe, n’auraient finalement de cesse que d’assurer la survie même de ces institutions complètes et austères de la réclusion ? Comme il le formule concernant spécifiquement le cadre carcéral : La « réforme » de la prison est à peu près contemporaine de la prison elle-même. Elle en est comme le programme. La prison s’est trouvée dès le début engagée dans une série de mécanismes d’accompagnement, qui doivent en apparence la corriger mais qui semblent faire partie de son fonctionnement même, tant ils ont été liés à son existence tout au long de son histoire (Foucault, 1975, 271-272).

Cette perspective de recherche visant à considérer la réforme carcérale à la fois comme un instrument de gouvernement et comme un processus d’auto-reproduction a largement inspiré les sciences sociales jusqu’à aujourd’hui (Veil, Lhuilier, 2000 ; Artières et al., 2004 ; Chantraine, 2004). L’inertie pénitentiaire (Chantraine, 2004) non seulement cohabiterait à merveille avec cette rhétorique permanente de la réforme (Artières et al., 2004), mais s’en alimenterait, participant ainsi à un processus de légitimation et de reproduction de l’institution carcérale. Si dans le cadre néo-libéral qui est le nôtre, l’intervention de l’État se concentre aujourd’hui sur ses missions régaliennes tout en s’investissant toujours plus dans la répression pénale en particulier (Harcourt, 2012), ce ne serait qu’au prix d’un ajustement permanent des procédures d’enfermement. Pour assurer sa survie même, l’institution qui enferme devrait donner des gages, qu’elle procède à des ajustements concrets, qu’elle puisse attester de certaines améliorations soutenues par des éléments de preuve (Artières et al., 2004, 47). Enfermer plus mais enfermer mieux, pourrait-on dire.
(lire la suite en ligne)
 

Sommaire du numéro

Page 371 à 377
Introduction : Traiter, humaniser, judiciariser
Les transformations contemporaines de l’enfermement
 
Page 379 à 404
Lorsque la prison (se) rend justice
Le traitement contemporain de l’indiscipline carcérale
 
Page 405 à 428
Une anomalie normale de l’État de droit
La détention provisoire en RFA entre critiques et réformes (1953-2013)
 
Page 429 à 453
La création des UHSA : une nouvelle régulation de l’enfermement ?
 
Page 455 à 476
De l’informalité à la « transparence »
Institutionnalisation et statut de la critique dans les réformes de la rétention administrative des étrangers en France
 
Page 477 à 500
Division morale du travail et recompositions du sens de l’enfermement en Centre éducatif fermé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *