Séance 4 “Malades mentaux : comment éviter la prison ?” – Thomas Bossetti

La troisième séance du séminaire « Sciences sociales et prison »,  a eu lieu le 8 février 2016.

Elle était introduite par Camille Lancelevée et modérée par Maxime Gouache. Les intervenants étaient : Serge Canape, Caroline Protais, Thomas Bossetti et Cyrille Canetti.

Thomas Bosetti est psychiatre au SMPR (service médico-psychologique régional) de Marseille, membre l’étude-action “Un chez soi d’abord” et responsable de mission pour Médecins du Monde autour d’un projet d’évitement à l’incarcération.

« Un chez soi d’abord » est un programme lancé depuis 2011 et une recherche évaluative qui consiste à placer des personnes souffrant de maladie mentale sévère en appartement. On leur propose aussi un soin orienté vers le rétablissement, intensif et orienté vers la communauté. C’est une pratique d’accompagnement exogène, rare en France mais pratiqué dans d’autres pays. Il s’agit de proposer un décloisonnement des pratiques.

Le concept de maladie mentale sévère est un concept qui mérite attention. En France, la notion est difficilement acceptée car elle est liée et concentré au diagnostic : la maladie sévère correspond à un trouble bipolaire ou une psychose. Dans les pays anglo-saxons, la politique de santé mentale est conçue comme une politique d’exception dans un régime de pénurie et priorise le ciblage des personnes et la définition des catégories à traiter. Les critères sont pluriels : le diagnostic, la longue durée (supérieure à 6 mois), le recours aux soins sous contraintes, le recours à la détention, l’entourage (car le passage à l’acte est pensé en fonction de la clinique mais aussi de l’isolement), les faibles ressources matérielles. Ces concepts permettent de centrer le débat sur un objet plus précis.

Quels effets sur nos pratiques ? Le programme « Un chez soi d’abord » change la donne : il pose la question des moyens alloués aux personnes pour aller vers l’autonomie. Il s’agit de sortir d’une logique « step by step » : être reconnue comme une personne malade, soignée, stabilisée puis envoyée en centre de postcure, prise en charge par des travailleurs sociaux, logée en hébergement collectif puis individuel. Au contraire, « housing first » accorde un logement personnel d’abord. Cette logique implique un changement des pratiques, notamment en termes d’expertise. Le diagnostic n’est donc plus un critère de recrutement dans le programme ni l’étude, ce qui a permis d’inclure des personnes dont le profile est difficilement géré par les services publics, en errance institutionnelle de longue durée, comme les usagers de drogues en situation de précarité par exemple. Plus de la moitié des personnes incluses dans l’étude ont été incarcérées ; cette incarcération a causé des ruptures dans leur parcours. Une hypothèse de recherche est qu’« Un chez soi d’abord » pourrait être un facteur d’évitement de l’incarcération.

Le programme a été mis en place par Médecins du Monde, à travers sa mission de maraude, puis l’expérience d’un squat thérapeutique devenu halte soin santé. L’évaluation de cette expérience a préconisé la mise en place d’un programme « Un chez soi d’abord. » Ces programmes sont innovants en France mais fréquents dans le pays anglophones.

Quel lien avec l’incarcération ? Pourquoi intervenir avant l’incarcération ? L’incarcération provoque une rupture dans les parcours. L’accès au logement et à l’abri des personnes qui ont des troubles psychiatriques sévères sont extrêmement complexes : les pratiques des personnels de probation et du travail social empêchent leur accès au logement à moins de dissimuler leur état de santé.

Le travail de Claude-Olivier Doron est un repère dans la mise en œuvre de programme d’accès au logement en France. C’est en amont de la comparution immédiate que nous avons choisi d’intervenir, en collaboration de l’Apcars de Marseille. Les enquêtrices sociales proposent aux justiciables de participer au programme et lorsque la réponse est positive, elle est transmise au procureur. L’idée est de permettre un accompagnement dès la sortie d’audience pour proposer un logement le plus rapidement possible. Les modalités de propositions de logement sont en cours d’élaboration. Le projet est en attente de financement.

Les enregistrements audio de l’introduction et des interventions sont disponibles pour chaque séance, sur demande à : meoin.hagege(@)ehess.fr


3 thoughts on “Séance 4 “Malades mentaux : comment éviter la prison ?” – Thomas Bossetti”

  1. Pingback: Thomas Bossetti
  2. Pingback: Thomas Bossetti
  3. Pingback: Thomas Bossetti

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *