Séance 5 sur le recrutement social de la population pénale – Gwenaëlle Mainsant

L’infraction, est-elle le seul facteur d’incarcération ?

A partir du tableau ci-dessous, Gwenaëlle Mainsant commente la surreprésentation des hommes, des jeunes et des étrangers dans la population pénale.

Ce tableau constitué à partir de l’annuaire statistique de la justice montre l’intérêt de la justice pour ces trois catégories et, par défaut, le manque d’intérêt pour des indicateurs de la classe sociale.

Condamnés en 2014 pour délits, crimes et contraventions de 5e classe
Ensemble de la population 583727
Sexe des condamnés
– Hommes 524377 89,8%
– Femmes 59350 10,2%
Age des condamnés
Moins de 18 ans 45943 7,9%
– De 18 ans à moins de 25 ans 172788 29,6%
– De 25 ans à moins de 40 ans 216828 37,1%
– De 40 ans à moins de 60 ans 130236 22,3%
– 60 ans et plus 17932 3,1%
Nationalité des condamnés
– Français 492007 84,3%
– Etrangers 81731 14,0%
– Non déclarée 9989 1,7%

Chiffres clés de la justice. Annuaire de la justice 2014-2015. Source : Ministère de la Justice/SG/SDSE, exploitation statistique du casier judiciaire national (données provisoires)

Quel est l’effet du sexe du condamné ? Pourquoi cette non-criminalité des femmes ? Existe-il un traitement favorable des femmes par la justice ou la police ?

Les travaux de Colette Parent et Coline Cardi sont incontournables sur ces questions. Coline Cardi montre par exemple le resserrement statistique du nombre de femmes tout au long de la chaine pénale.

La sociologie de la déviance en grande partie est pénalo-centrée et ignore les manifestations infrapénales ou sociales. Dans ces travaux, la notion de contrôle social est limitée à des contraintes pénales. Pour comprendre le contrôle pénal qui pèse sur la déviance, il faut décentrer le regard et observer ce qu’il se passe avant et après l’infraction. Pour reprendre l’exemple des travaux de Coline Cardi, elle montre que pour comprendre la déviance des filles, il faut penser la justice des enfants et la justice pénale. Penser ensemble la pénalité et la protection, et inclure les formes de prises en charge de psychiatrisation de la déviance féminine. Autrement dit, pour penser la faible représentation des femmes, il faut regarder et inclure d’autres institutions.

Pour approfondir les éléments abordés dans la deuxième moitié de la séance, cf. l’article intitulé “L’Etat en action” et son résumé ci-dessous :

Comment comprendre ce que fait la police dans le cas singulier de missions de lutte contre le proxénétisme ? Quels sont les principes qui régissent l’action des agents publics subalternes (les policiers de terrain) dans les interactions avec les proxénètes et les prostitué-e-s ? L’ethnographie au sein d’un service de police spécialisé permet de mettre au jour ces principes qui, à différentes échelles, classent et hiérarchisent les policiers, leur travail, mais aussi leurs populations cibles. Ces classements se comprennent à la croisée de normes institutionnelles et de logiques de l’action. À une échelle microsociologique, les pratiques des fonctionnaires de police nous livrent ainsi les ressorts d’opérationnalisation d’un pan de l’action publique.

“L’Etat en action” de G. Mainsant, en ligne ici.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *